Citadelle de Corte

Les recherches à Corte

Mis à jour le 26/02/2013
Publié le 15/02/2013
Mots-clés :

Gestion des ressources, dispositifs de gouvernance et systèmes techniques pastoraux, systèmes d’information

Citadelle de Corte
Citadelle de Corte

Le LRDE a choisi de renforcer l'intérêt qu'il porte à l'étude des élevages issus du pastoralisme. Même si celui-ci s'est assez gravement fragilisé, l’élevage reste très présent en Corse et ouvre toujours une alternative pour le développement de l'intérieur de l'île et une référence incontournable pour la valorisation des produits agricoles. Face aux enjeux majeurs que révèlent les crises environnementales et énergétiques, face aux incertitudes qui pèsent sur les grands marchés des produits agricoles et alimentaires, face au défi que soulève la dépression qui s'annonce,  il constitue une source d'inspiration précieuse pour la conception d'options alternatives de développement calées sur des objectifs de développement durable et d'intensification écologique. De ce fait, les ambitions de l’unité restent ancrées dans les réalités insulaires mais aussi, et de façon complémentaire, largement ouvertes sur l'extérieur et, notamment sur le bassin méditerranéen.

L'importance des enjeux économiques et sociaux a conduit à porter l'inflexion du projet scientifique sur une nouvelle approche de modèles pastoraux où il ne saurait être question de n’avoir comme seul objectif la diminution des intrants, mais plutôt de voir dans ces modèles la conception d'innovations majeures. Dans cette perspective, le modèle pastoral n’est pas un simple maillon intermédiaire dans un continuum intensif – extensif, mais bien une option alternative dont l'exploration gagne à être envisagée simultanément à l'échelle des exploitations, des filières, des territoires et à celle des interactions avec les politiques publiques.

Les objets d’étude sont ainsi constitués à la fois par des ressources physiques ou biologiques (animaux, produits, espaces) des entités organisationnelles (races, territoires) et cognitives(savoirs locaux) comme sur les dynamiques collectives et processus associés (qualification, patrimonialisation, nouveaux usages des espaces, épidémio-surveillance des maladies émergentes,etc…).

Les questions traitées sont directement en lien et en partenariat avec les filières territorialisées :

  • Les parcours méditerranéens comme ressource pérenne de l’élevage pastoral ou définir les conditions d’autonomie et de reproductibilité d’un système d’élevage de petits ruminants sur parcours. Cela implique de travailler sur les combinaisons technico-économiques qui créent l’autonomie fourragère, sur les systèmes de conduite en interaction avec les différents espaces fourragers autres, sur les conflits fonciers. Ces travaux conduits en partenariat avec la Chambre régionale d’agriculture et l’Odarc ont des applications directes en matière de politique ICHN par exemple.
  • La place des itinéraires de qualification et de valorisation de l’origine des ressources et des produits. Les filières concernées sont les fromages, la viande de lait (manzu), les charcuteries, la clémentine.
  • La gestion territoriale des populations animales locales avec une implication et une application directe dans des schéma de sélection des races (sélection brebis corse, porc « nustrale ». Ces travaux sont directement en lien avec les itinéraires de qualification, puisque les races constituent la ressource en amont.
  • Citadelle de Corte
    Citadelle de Corte
    La gestion collective de la santé animale : face aux maladies émergentes, telle que la trichinellose (détectée sur les porcs en abattoirs) qui est un parasite transmissible à l’homme (zoonose) par consommation de viande, une série de questions se posent en élevage pastoral : mode de diffusion entre faune sauvage et faune domestique, risques pour les populations selon le mode de consommation (viande de gibier, charcuterie). Tout ceci constitue un patho-système étudié dans le cadre du projet Boscope. Cela constitue un enjeu d’action collective où l’on retrouve les éleveurs, les chasseurs, les organisations professionnelles, les autorités publiques et sanitaires, les médecins.